B - L'analyse sanguine

 Certains produits dopants augmentent le nombre d’hématies dans le sang. Pour ce type de produits dopants, il suffit donc de faire un prélèvement sanguin, puis d’introduire le prélèvement dans un appareil à numération qui compte les globules grâce à un faisceau lumineux. L’appareil les compare en fonction de leur taille, leur forme, leur nature… On peut donc identifier les globules rouges externes à l’organisme.

 

Le dépistage des transfusions homologues fait appel à une technique mise au point en 2003 par des chercheurs australiens. Chaque globule rouge possède un groupe d’antigènes spécifiques. Si l’on marque ces antigènes avec un colorant fluorescent, une machine appelée cytomètre peut faire la différence entre les cellules qui portent des antigènes différents. Pour cela, on fait passer 50 000 globules rouges en "file indienne" dans un tube. Un laser illumine les marques fluorescentes et un autre appareil trie les cellules selon le type d’antigènes qui est illuminé. Un graphique est réalisé en fin de processus : un pic isolé correspond au propre sang de l’athlète. S’il existe un deuxième (ou un troisième) pic plus petit, c’est le signe que l’athlète a reçu des globules rouges d’un donneur.

  analyse sanguine

 Prélevement sanguin sur le point d'être analysé.

 

Grâce à des réactifs, on peut aussi déterminer le volume des leucocytes et effectuer ainsi leur comptage. On identifie alors s’il y a eu injection de globules rouges, c’est-à-dire injection d’un produit. On fait ensuite des analyses, par chromatographie par exemple, pour identifier plus exactement le type de produit ou directement le produit injecté.