C - L'analyse urinaire

 

Pour débuter : Il existe un protocole qui permet de dépister la présence de produits dopants dans les urines de l’individu concerné.

Il faut tout d’abord réaliser un prélèvement urinaire. Ensuite, l’échantillon est acheminé au laboratoire. Après une première analyse rapide, appelée le screening, permettant de détecter la présence ou non d’un dopant, une deuxième étape plus approfondie permet de détecter de quelle substance il s’agit. Les scientifiques utilisent des appareils de mesure pour révéler la présence de produits dopants. Ils ont recours à la spectrométrie et à la chromatographie.

 

Par la spectrométrie : Cette technique est employée pour détecter les anabolisants exogènes, présents en trop forte quantité. Pour réaliser une spectrométrie, il faut donc utiliser un spectromètre. C’est un appareil très précis qui permet de vérifier si les substances contenues dans l’urine sont naturellement produites par l’Homme ou non. A partir de l’échantillon d’urine, les substances qui y sont contenues sont ionisées. Ces ions sont accélérés par un champ électrostatique. Puis un champ magnétique se crée, provoquant la déviation de la trajectoire de ces ions. Il est possible de faire varier l’intensité de ce champ magnétique, pour alors détecter et mesurer les proportions de tous les constituants de l’échantillon. Il faut donc régler le détecteur à l’ordinateur pour qu’il traite les données transmises par l’appareil.

Fichier:Spektrometr.jpg

Photographie d'un spectromètre

 

Par la chromatographie : Cette technique est basée sur la différence de solubilité d’une substance dans deux phases, l’une stationnaire liée au support, et l’autre mobile, liée au solvant. Grâce à la chromatographie, il est possible d’analyser un mélange, de vérifier si une substance est pure et de reconnaître les constituants d’un mélange par comparaison. Les substances solubles migrent plus vite et plus haut que les substances moins solubles. Le solvant s’élève par capillarité le long du support et entraine avec lui les différents constituants du mélange analysé.

Voici l’image d’un test de dépistage de l’EPO dans l’urine d’un individu :

sans-titre-1.jpg